Noticias del proyecto Biodiversité du Boisé du Tremblay

07 de noviembre de 2019

Les "fauves" sont lachés

Heureusement, ceux-là n'ont pas de dents et ne font que passer. Ces bruants fauves sont en transit entre leur aire de nidification au nord du Canada et leur aire d'hivernage dans le sud-est des État-Unis. Nous ne les reverrons qu'au printemps 2020 quand ils remonteront.
Enfin, il faut le souhaiter, car, si j'utilise le pluriel pour en parler, c'est plus par habitude de les voir migrer en petites bandes que pour décrire une réalité.
Hier, j'ai passé une partie de la matinée à essayer de me perdre dans le boisé du Tremblay pour surprendre la faune. La nature marécageuse de cette forêt m'a obligé à faire de nombreux détours, mais tout le plaisir était là.
Ce fut bien le seul, car à part un pic mineur entendu au loin, je n'ai trouvé que la carcasse d'une automobile d'une autre époque, presque totalement digérée, et ce bruant fauve dont la solitude fut aussi surprise que la mienne.
Je lis partout que la biodiversité s'effondre. C'est vrai, mais ce n'est pas nouveau pour ceux qui s'intéressent à la nature et qui l'ont constaté bien avant qu'on le mesure. Ce dont il faudrait parler maintenant, c'est de l'effondrement de la biomasse. Car, si la diversité des espèces s'amenuise, je n'ai pas l'impression que les populations de celles qui restent connaissent un sort tellement plus enviable.

Anotado en noviembre 07, jueves 12:59 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

04 de noviembre de 2019

Un 3 novembre dans le boisé du Tremblay


Les premiers gels approchent, mais tant qu'il y aura de l'eau libre, il y aura des canards. Dans le boisé inondé par les dernières pluies, nous avons trouvé ce couple de colvert. Il y avait aussi quelques bruants chanteurs, une sittelle à poitrine blanche, un pic mineur et des volées de Bernache du Canada.




Anotado en noviembre 04, lunes 13:51 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

01 de noviembre de 2019

Appel à tous

Si vous avez des choses à dire et à partager sur le boisé du Tremblay à propos de son histoire, de sa faune, de sa flore ou de sa géologie, envoyez votre texte et vos images à jfn@live.ca.; je les mettrai en ligne sur cette page.
PS: Pour les images, il serait préférable que ce soit un lien vers le site où elle sont stockées.


Anotado en noviembre 01, viernes 19:46 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

19 de junio de 2019

Floraison des fabacées

Les fabacées, que l'on appelle des légumineuses quand elles nous donnent leurs fruits à manger, sont en fleurs dans le boisé. À part celles des photos, il y avait aussi du trèfle blanc (ou rampant) et du trèfle rouge (ou des prés). Ce dernier, comme plusieurs autres fabacées, contient beaucoup de phytoestrogènes qui soulagent, dit-on, les symptômes de la ménopause.
Une histoire court dans le monde scientifique racontant que ces molécules très ressemblantes aux œstrogènes des animaux, bien qu'elles n'aient pas la même origine biochimique, auraient été inventées par les plantes fourragères pour limiter la natalité de leurs prédateurs, les herbivores. Pourquoi pas ? L'hypothèse est satisfaisante pour l'esprit, mais elle reste ce qu'elle est.




Trèfle hybride




Mélilot blanc









Mélilot jaune ou officinal: celui-là est sédatif et tonique pour les parois veineuses.




Vesce jargeau

Anotado en junio 19, miércoles 11:28 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

06 de mayo de 2019

Tipié, tipié, tipié...

La paruline couronnée est arrivée dans le boisé du Trembay

Anotado en mayo 06, lunes 13:31 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

01 de mayo de 2019

Première fleur indigène

Le prix de la première floraison indigène du boisé a été remporté par l'hépatique d'Amérique, une première mention en ce qui me concerne. Le deuxième prix a toutes les chances d'aller à l'érythrone d'Amérique qui a étalé ses tapis en sous-bois. Le tussilage ne concourt pas, car c'est une fleur importée.




Hépatique d'Amérique




Érythrone d'Amérique

Anotado en mayo 01, miércoles 12:19 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

30 de abril de 2019

Les grenouilles se réveillent

Cela fait maintenant une semaine que l'on peut entendre les grenouilles célébrées le retour du printemps. Cela a commencé par le chant des grenouilles des bois, suivi rapidement par le sifflement assourdissant, mais tellement agréable, des rainettes crucifères. Bien que le rafraîchissement des derniers jours les ait un peu freinées, elles continuent à chanter et ont été rejointes par les grenouilles léopards, dans la section du marais à Longueuil.

Anotado en abril 30, martes 14:03 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

Archivos