Diario del proyecto Biodiversité du Boisé du Tremblay

29 de abril de 2020

Un 27 avril dans le boisé


Les filles naissent dans les roses, les garçons dans les choux et les pics au cœur des arbres. Cela fait une semaine que la Pic chevelu s'affaire à creuser son nid. Je n'ai pas remarqué si le mâle participait à l'installation.
C'est un travail considérable qui dure une vingtaine de jours alors que le temps d'occupation est relativement bref: les 3 à 6 œufs seront couvés pendant 11 à 15 jours et les jeunes resteront au nid une trentaine de jours. Après, tout ce beau monde se dispersera dans la nature et le nid sera oublié.
Dans la première édition de l'atlas des oiseaux nicheurs du Québec méridional, on peut lire que, trois fois sur quatre, l'entrée du nid est orientée vers le sud, ; c'est le cas ici.

Anotado en abril 29, miércoles 13:24 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

17 de abril de 2020

Un 17 avril dans le boisé

Boisé du Tremblay, Longueuil, Quebec, CA
17 avr. 2020 06:46 - 08:12
Protocole: Relevé en mouvement ou transect
2.79 kilomètre(s)
23 espèces

Bernache du Canada (Branta canadensis) 11
Canard colvert (Anas platyrhynchos) 5
Goéland à bec cerclé (Larus delawarensis) 3
Pic mineur (Dryobates pubescens) 4
Pic flamboyant (Colaptes auratus) 3
Moucherolle phébi (Sayornis phoebe) 1
Grand Corbeau (Corvus corax) 3
Mésange à tête noire (Poecile atricapillus) 6
Roitelet à couronne dorée (Regulus satrapa) 2
Sittelle à poitrine blanche (Sitta carolinensis) 3
Troglodyte des forêts (Troglodytes hiemalis) 1
Merle d'Amérique (Turdus migratorius) 7
Chardonneret jaune (Spinus tristis) 4
Bruant hudsonien (Spizelloides arborea) 4
Bruant fauve (Passerella iliaca) 2
Junco ardoisé (Junco hyemalis) 3
Bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis) 1
Bruant chanteur (Melospiza melodia) 13
Bruant des marais (Melospiza georgiana) 3
Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus) 7
Vacher à tête brune (Molothrus ater) 3
Quiscale bronzé (Quiscalus quiscula) 7
Cardinal rouge (Cardinalis cardinalis) 3

Vous pouvez consulter cette liste sur Internet à https://ebird.org/checklist/S67344024
Ce rapport a été produit automatiquement par eBird v3 (http://www.ebird.org/canada) (https://ebird.org/home)

Anotado en abril 17, viernes 13:10 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

15 de abril de 2020

Un 15 avril dans le boisé

Boisé du Tremblay, Longueuil, Quebec, CA
15 avr. 2020 06:45 - 08:00
Protocole: Relevé en mouvement ou transect
3.0 kilomètre(s)
20 espèces

Bernache du Canada (Branta canadensis) 6
Canard colvert (Anas platyrhynchos) 4
Goéland à bec cerclé (Larus delawarensis) 4
Pic maculé (Sphyrapicus varius) 1
Pic mineur (Dryobates pubescens) 5
Pic flamboyant (Colaptes auratus) 2
Moucherolle phébi (Sayornis phoebe) 1
Mésange à tête noire (Poecile atricapillus) 3
Roitelet à couronne dorée (Regulus satrapa) 3
Sittelle à poitrine blanche (Sitta carolinensis) 2
Grive solitaire (Catharus guttatus) 2
Merle d'Amérique [migratorius] (Turdus migratorius [migratorius Group]) 5
Chardonneret jaune (Spinus tristis) 8
Bruant fauve (Passerella iliaca) 2
Junco ardoisé (Junco hyemalis) 3
Bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis) 1
Bruant chanteur (Melospiza melodia) 10
Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus) 5
Vacher à tête brune (Molothrus ater) 2
Cardinal rouge (Cardinalis cardinalis) 3

Vous pouvez consulter cette liste sur Internet à https://ebird.org/checklist/S67228825
Ce rapport a été produit automatiquement par eBird v3 (http://www.ebird.org/canada) (https://ebird.org/home)

Anotado en abril 15, miércoles 16:01 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

14 de abril de 2020

Un 14 avril dans le boisé du Tremblay

Boisé du Tremblay, Longueuil, Quebec, CA
14 avr. 2020 06:50 - 08:20
Protocole: Relevé en mouvement ou transect
3.0 kilomètre(s)
24 espèces

Bernache du Canada (Branta canadensis) 6
Canard branchu (Aix sponsa) 2
Canard colvert (Anas platyrhynchos) 4
Goéland à bec cerclé (Larus delawarensis) 5
Pic maculé (Sphyrapicus varius) 2
Pic mineur (Dryobates pubescens) 20
Pic chevelu (Dryobates villosus) 2
Pic flamboyant (Colaptes auratus) 3
Moucherolle phébi (Sayornis phoebe) 1
Corneille d'Amérique (Corvus brachyrhynchos) 1
Mésange à tête noire (Poecile atricapillus) 3
Sittelle à poitrine blanche (Sitta carolinensis) 2
Troglodyte des forêts (Troglodytes hiemalis) 2
Grive solitaire (Catharus guttatus) 1
Merle d'Amérique (Turdus migratorius) 15
Chardonneret jaune (Spinus tristis) 12
Bruant fauve (Passerella iliaca) 4
Junco ardoisé (Junco hyemalis) 10
Bruant à gorge blanche (Zonotrichia albicollis) 2
Bruant chanteur (Melospiza melodia) 25
Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus) 7
Vacher à tête brune (Molothrus ater) 1
Quiscale bronzé (Quiscalus quiscula) 1
Cardinal rouge (Cardinalis cardinalis) 8

Vous pouvez consulter cette liste sur Internet à https://ebird.org/checklist/S67165337
Ce rapport a été produit automatiquement par eBird v3 (http://www.ebird.org/canada) (https://ebird.org/home)

Anotado en abril 14, martes 14:10 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

12 de abril de 2020

Un 12 avril dans le boisé du Tremblay

Boisé du Tremblay, Longueuil, Quebec, CA
12 avr. 2020 07:14 - 08:49
Protocole: Relevé en mouvement ou transect
4.21 kilomètre(s)
17 espèces

Bernache du Canada 14
Canard colvert 9
Goéland à bec cerclé 8
Grand Héron 1
Pic mineur 4
Pic flamboyant 2
Geai bleu 1
Corneille d'Amérique 1
Mésange à tête noire 2
Merle d'Amérique 7
Chardonneret jaune 8
Bruant fauve 2
Junco ardoisé 12
Bruant chanteur 22
Carouge à épaulettes 7
Vacher à tête brune 3
Cardinal rouge 4

Vous pouvez consulter cette liste sur Internet à https://ebird.org/checklist/S67071104

Ce rapport a été produit automatiquement par eBird v3 (http://www.ebird.org/canada) (https://ebird.org/home)

Anotado en abril 12, domingo 14:50 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

11 de abril de 2020

Un 11 avril dans le boisé du Tremblay

Boisé du Tremblay, Longueuil, Quebec, CA
11 avr. 2020 06:50 - 08:30
Protocole: Relevé en mouvement ou transect
3.0 kilomètre(s)
18 espèces

Bernache du Canada 6
Canard colvert 5
Tourterelle triste 1
Goéland à bec cerclé 1
Pic mineur 8
Mésange à tête noire 2
Hirondelle bicolore 1
Sittelle à poitrine blanche 3
Grive solitaire 4
Merle d'Amérique 12
Chardonneret jaune 6
Bruant hudsonien 4
Junco ardoisé 4
Bruant à gorge blanche 2
Bruant chanteur 15
Carouge à épaulettes 6
Vacher à tête brune 1
Cardinal rouge 10

Vous pouvez consulter cette liste sur Internet à https://ebird.org/checklist/S67019511

Anotado en abril 11, sábado 13:59 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

18 de diciembre de 2019

La colonie oubliée de Lasius minutus


En vous promenant dans le boisé du Tremblay à Longueuil, vous aurez peut-être l'occasion d'apercevoir au détour d'un chemin, d'étranges monticules de terre, parfois recouverts d'herbe et presque toujours les pieds dans l'eau; vous serez alors les observateurs privilégiés des cités lacustres de Lasius minutus.



Bien qu'elle porte un nom digne d'une impératrice romaine, Lasius minutus est une fourmi. Elle se distingue des autres par une petite taille, une robe variant de l'orangé au brun pâle et des poils parsemés sur tout le corps. Vieilles de 65 millions d'années, les Lasius ont colonisé l'hémisphère nord, bien avant que l'homme ait fait son apparition. Elles se divisent en quatre-vingt quinze espèces, dont douze seulement vivent au Québec, se partageant des habitats très variés. L'espèce «minutus» privilégie les milieux humides, généralement à ciel ouvert, parfois boisés.





Elle construit ses cités au bord de l'eau, s'isolant d'elle en érigeant des dômes de terre qui peuvent atteindre un mètre de hauteur, une taille impressionnante quand on sait qu'une ouvrière moyenne dépasse difficilement les trois millimètres de longueur.





Peu d'études ont été menées sur cette fourmi et ses habitudes restent mystérieuses. La colonie, gouvernée par plusieurs reines, est constituée d'un réseau de quelques cités, deux à trois en moyenne qui peuvent toutes contenir plusieurs reines. On ne sait pas si elles communiquent entre elles pour s'échanger des individus, de la nourriture ou des informations, soit de façon permanente, soit épisodiquement au gré des saisons et des inondations. On ne sait pas non plus si les fourmilières se prolongent sous terre comme cela se fait chez d'autres espèces de fourmis.
Lasius minutus tire sa nourriture de troupeaux de pucerons et de cochenilles. Elle les fait paître sur les racines qui traversent sa fourmilière. Les insectes suceurs pompent la sève des arbres et produisent une déjection sucrée, le miellat qui est récolté par les fourmis. Certains observateurs l'ont vue ramener des insectes à sa fourmilière et prétendent qu'elle pourrait aussi chasser. Cela reste à confirmer.





Il est difficile de dire combien d'individus occupent la fourmilière. Minutus est discrète et en dehors de l'essaimage, le moment où les jeunes reines quittent le nid pour aller fonder de nouvelles colonies, l'activité autour de la fourmilière est plutôt réduite. Bien sûr, elle augmente un bref instant lorsque les futures reines et les mâles sortent pour leur envol nuptial, accompagnés des ouvrières qui les assistent. Mais, souvent, minutus préfère le «bourgeonnement» pour étendre son territoire. Les jeunes reines partent alors par voie terrestre avec un groupe d'ouvrières; ce qui rend le départ plus discret, mais plus sur. Quelle que soit la méthode utilisée, la nouvelle reine, plutôt petite comparée à d'autres reines de fourmis, n'a pas la capacité de fonder seule une colonie. Aussi pratique-t-elle le parasitisme social temporaire en s'infiltrant dans une fourmilière existante, soit de son espèce, soit d'une espèce voisine, comme Lasius pallitarsis ou alienus. Elle se fait adopter en s'imprégnant de l'odeur de ses hôtesses et les ouvrières, bernées, élèvent sa progéniture. Elle peut cohabiter avec la reine déjà en place, jusqu'à ce que le nombre de ses ouvrières soit suffisant pour aller fonder sa propre colonie, un peu plus loin. Elle peut aussi tuer l'ancienne reine et, avec le temps, les ouvrières de Lasius minutus finissent par supplanter les autres, puisque leur relève n'est plus assurée.
Cette fourmi n'est pas une nuisance pour l'être humain. Elle nous est même probablement utile en participant, à sa façon, à l'équilibre naturel. Pourtant, elle disparait. L'Homme s'étend, nivelle, draine, construit  et détruit les habitats capables de l'héberger. Tant et si bien que Lasius minutus est devenue rare. Ne vivant que dans l'est de l'Amérique du Nord, son territoire s'étend approximativement, du Minnesota à l'ouest au Maine et à la Nouvelle-Écosse à l'est, et de la Virginie au sud jusqu'au Québec, au nord. Chez nous, on ne les trouve plus qu'à quelques endroits dans le sud de la province dont l'un est ici, à Longueuil. Isolées, elles survivent tant bien que mal à la pression humaine et, si nous ne les protégeons pas, elle et son habitat, nous serons peut-être les témoins de la fin d'une histoire qui dure depuis 65 millions d'années.

Publié dans le numéro de janvier 2010 d'Infociel, le bulletin d'information du Centre d'information sur l'environnement de Longueuil 
Les magnifiques photos de la fourmi ont été prises par Bruno Gentile, un artiste talentueux dont on peut admirer quelques réalisations sur son blog

Anotado en diciembre 18, miércoles 14:30 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

17 de diciembre de 2019

Un boisé qui compte




Cliquer sur la photo pour l'agrandir


Le boisé du Tremblay est un espace boisé qui compte dans le paysage de la grande région de Montréal. Dernière grande oasis avant d'atteindre Montréal, il s'insère naturellement dans le chapelet des collines montérégiennes, dont il ne fait pourtant pas partie d'un point géologique. Pour apprécier son envergure, il suffit de prendre un peu de hauteur. Cela permet aussi de constater la menace permanente que font peser sur lui les secteurs résidentiels, industriels et agricoles, mais à laquelle il a su résister jusqu'à aujourd'hui.

Anotado en diciembre 17, martes 21:00 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

07 de noviembre de 2019

Les "fauves" sont lachés

Heureusement, ceux-là n'ont pas de dents et ne font que passer. Ces bruants fauves sont en transit entre leur aire de nidification au nord du Canada et leur aire d'hivernage dans le sud-est des État-Unis. Nous ne les reverrons qu'au printemps 2020 quand ils remonteront.
Enfin, il faut le souhaiter, car, si j'utilise le pluriel pour en parler, c'est plus par habitude de les voir migrer en petites bandes que pour décrire une réalité.
Hier, j'ai passé une partie de la matinée à essayer de me perdre dans le boisé du Tremblay pour surprendre la faune. La nature marécageuse de cette forêt m'a obligé à faire de nombreux détours, mais tout le plaisir était là.
Ce fut bien le seul, car à part un pic mineur entendu au loin, je n'ai trouvé que la carcasse d'une automobile d'une autre époque, presque totalement digérée, et ce bruant fauve dont la solitude fut aussi surprise que la mienne.
Je lis partout que la biodiversité s'effondre. C'est vrai, mais ce n'est pas nouveau pour ceux qui s'intéressent à la nature et qui l'ont constaté bien avant qu'on le mesure. Ce dont il faudrait parler maintenant, c'est de l'effondrement de la biomasse. Car, si la diversité des espèces s'amenuise, je n'ai pas l'impression que les populations de celles qui restent connaissent un sort tellement plus enviable.

Anotado en noviembre 07, jueves 12:59 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario

04 de noviembre de 2019

Un 3 novembre dans le boisé du Tremblay


Les premiers gels approchent, mais tant qu'il y aura de l'eau libre, il y aura des canards. Dans le boisé inondé par les dernières pluies, nous avons trouvé ce couple de colvert. Il y avait aussi quelques bruants chanteurs, une sittelle à poitrine blanche, un pic mineur et des volées de Bernache du Canada.




Anotado en noviembre 04, lunes 13:51 por jfn jfn | 0 comentarios | Deja un comentario